Toujours plus d'enfants scolarisés dans le privé: "Ce n'est pas pour les valeurs catholiques"

Posted Date: Saturday, January 7, 2017

De plus en plus de parents mettent leurs enfants dans le privé, comme le montre les chiffres de la rentrée 2016, que vient de dévoiler le ministère de l'Éducation nationale. RMC s'est penchée sur les raisons qui poussent des parents à fuir les établissements du public. L'enseignement privé attire toujours plus de parents, comme le montre les chiffres de la rentrée 2016 que vient de dévoiler le ministère de l'Éducation nationale. Ce n’est pas une explosion, mais une hausse significative: ils sont 6.400 élèves de plus à s’asseoir sur les bancs des collèges privés (+ 0,9 %). Une évolution qui n'est pas nouvelle puisqu'on l'observe depuis une dizaine d'années. 13.6% des élèves du premier degré sont scolarisés dans le privé en 2016-2017, sur un total de 6,8 millions d'écoliers. Et 21,5% des collégiens sont scolarisés dans le privé en 2016-2017, sur un total de 3,3 millions de collégiens. "Meilleur suivi individuel des élèves" Mais pourquoi une telle attirance? Dorothée Sokal, directrice du collège-lycée privé Notre-Dame-des-Oiseaux, dans le 16ème arrondissement de Paris, a son explication. "Il y a l'idée que les enfants seront mieux accompagnés, mieux encadrés, mieux entourés dans un établissement catholique, explique-t-elle sur RMC. Et puis il y aussi des gens qui le font pour des raisons confessionnelles, des gens qui sont catholiques par tradition ou conviction et qui trouvent important que leur enfant soit élevé dans un établissement qui proposent les mêmes valeurs que celles qui sont à la maison". Au-delà de ce suivi individuel des élèves jugé supérieur dans le privé, les parents qui se tournent vers les établissements sous contrat espèrent que leur enfant sera moins soumis au non-remplacement des professeurs, alors que les grèves des enseignants du public contre la réforme du collège, l'an dernier, ont fait perdre plusieurs journées de cours aux élèves. "Protéger les enfants des conséquences des réformes" La réforme du collège justement, mise en place à cette rentrée 2016, serait aussi à l'origine de cet afflux vers le privé. "Pour éviter la mise en place des points bloquants de la réforme de Najat Vallaud-Belkacem - que sont la menace sur le latin, le grec, les classes bilangues…-, une majorité de parents ont voulu mettre leur enfant dans le privé, se disant que là, il serait protégé", explique Jérôme Malcouronne, président de l'association de parents d'élèves de l'enseignement catholique PPE (Parents Pour l'École). Car même si les collèges et lycées privés ont adopté cette réforme, ils peuvent jouer de "leur caractère propre" et donc adoucir certaines mesures. "Grâce à la subtilité et à l'imagination des chefs d'établissements et des enseignants, il y a tout un tas de moyens qui peuvent être trouvés pour contourner, mais de façon tout à fait légale, (la réforme)", poursuit Jérôme Malcouronne. Il détaille: "On peut par exemple avoir des profs payés plus pour faire les enseignements des matières qui sont mises en cause". Pour ce parent d'élève, d'ailleurs, "c'est plus un non-choix des parents pour sortir de l'enseignement public, qu'un véritable choix pour adhérer aux valeurs portées par l'enseignement privé". Source: http://rmc.bfmtv.com/emission/toujours-plus-d-enfants-scolarises-dans-le-prive-ce-n-est-pas-pour-les-valeurs-catholiques-1078679.html

Read next article

Read Previous article